Lycée Général

En seconde générale :

La classe de seconde générale et technologique est une classe d’exploration dont l’organisation est guidée par les 3 principes suivants :
1. caractère de détermination en permettant un choix ouvert de la série menant au baccalauréat
2. accompagner chaque élève de façon à l’aider à l’appropriation des savoirs et à l’acquisition de l’autonomie
3. développer des enseignements qui “ajoutent de la valeur” à l’élève dans sa vie sociale, et qui permettent d’exercer son jugement, d’acquérir de nouvelles compétences.

Les mêmes disciplines, mais d’une autre manière

Français :

Il reste un élément essentiel de l’éducation au Lycée. Acquisition de savoirs organisés, maîtrise de l’expression orale et écrite, accès à la culture par les textes permettent la formation intellectuelle de lycée. Autre finalité : maîtrise de la langue en développant la réflexion, la capacité de problématiser et l’imagination. La maîtrise de la langue intègre la compréhension des textes, leur analyse et leur interprétation, la possibilité de les restituer, et naturellement la capacité à produire des textes de façon autonome.
En seconde, l’enseignement du français a pour fonction essentielle de consolider les acquis antérieurs et pour objectifs :
– de permettre aux élèves de comprendre que chaque texte qu’ils lisent ou écrivent répondent à des règles et à des usages qui en déterminent en partie la signification.
– de les intéresser aux oeuvres littéraires et de leur apprendre, pour les lire et les interpréter correctement, à s’interroger sur leur contexte.
– de les amener à analyser et à maîtriser les processus mis en oeuvre dans la production des textes : composition de textes, écrits visant à fixer des connaissances (prise de notes, résumé, fiche de synthèse), écrits visant à construire et restituer des savoirs en français et dans les autres disciplines, écriture d’une lettre, d’un compte-rendu, écrits visant à convaincre ou à persuader (dissertation, commentaire), écrits d’imagination.
Le but étant d’amener les élèves à écrire souvent et régulièrement des textes de nature et de longueur variées, à enrichir le champ lexical, à développer réflexion, expression et invention.

Mathématiques :

Pour que l’élève puisse définir son orientation, il doit avoir pris conscience de la diversité de l’activité mathématique : chercher, trouver des résultats partiels, se poser des questions, appliquer des techniques bien comprises, étudier une démonstration qu’on n’aurait pas trouvée soi-même, expliquer oralement une demande, rédiger au brouillon puis au propre, etc. .. Les travaux proposés à la classe doivent conduire l’élève à développer l’argumentation et l’entraînement à la logique et lui permettre d’acquérir une expérience pour commencer à détacher les principes de la logique formelle de ceux de la logique du langage courant, et, par exemple, à dissocier mathématique et causalité. Les travaux écrits faits à la maison restent absolument essentiels à toute progression de l’élève, lui donner l’envie d’accéder au plaisir de la découverte et à l’expérience de la compréhension.

Sciences :

L’enseignement des sciences au lycée et à partir de la 2de est conçu pour faire aimer la science aux élèves et offrir au lycéen la culture de base dans un domaine de la connaissance indispensable à la compréhension du monde qui nous entoure, avec une pratique de la démarche scientifique et ses liens avec le développement technologique :
– Compréhension qualitative d’un phénomène,
– Lois générales qui prennent l’expression de relations mathématiques entre grandeurs physiques bien construites.
– Bases scientifiques nécessaires.
Cours et T.P. s’inscrivent dans une démarche explicative et critique, qui comprend des observations, des expérimentations, des analyses de documents et des synthèses.

Histoire-Géographie :

Les travaux et devoirs d’Histoire-Géographie reposent sur des techniques qui tiennent évidemment compte de la démarche scientifique, à partir de la lecture et de l’observation de documents.
Capacités : savoir raisonner, se repérer, ordonner ses idées : les développer, les étayer d’exemples, exploiter des documents, organiser une synthèse, la rédiger, composer une dissertation, rédiger un commentaire.

Langues vivantes : encore et toujours ! L’enseignement des langues vivantes repose sur la grammaire, l’expression écrite et aborde largement la culture du pays. Leur utilité est incontestable, et l’anglais indispensable pour nombre d’études supérieures. Importante partout la 2ème langue vivante a un poids plus ou moins important selon le bac envisagé.

Pour recevoir un dossier complet, utiliser le formulaire de contact et demander un dossier d’inscription au destinataire “contact”.


Le baccalauréat scientifique S :

Cette série de bac doit accueillir des élèves motivés par les sciences à haute dose et capables de rigueur et d’abstraction : “En sciences, on ne peut pas “recracher ” mot pour mot un cours, sans l’intégrer dans un raisonnement”. Interviennent aussi la réussite et l’intérêt pour les différentes disciplines scientifiques dans le choix des profils du bac S : sciences-mathématiques, sciences-SVT, sciences-biologie-écologie-agronomie.

Coup d’oeil sur :
– Les mathématiques et l’art de manifester ses talents. Etre bon en maths, c’est avoir une démarche scientifique en développant capacités et raisonnement, d’expérimentation, d’imagination (eh oui , même en maths !), de rigueur et d’analyse critique. Au programme : étude des fonctions et des suites, calcul intégral, calcul différentiel, probabilité, géométrie plane et dans l’espace, calcul vectoriel…
– Les sciences physiques : approche expérimentale et rigueur. “Les sciences physiques demandent les mêmes capacités de rigueur que les mathématiques, rigueur dans le raisonnement, rigueur dans le langage qu’il faut savoir décoder” explique un professeur de sciences physiques qui ajoute : “Mais la physique privilégie plus une approche expérimentale. On part de la démonstration d’un phénomène qu’on met ensuite en équation”. Objectif : développer chez les élèves une réelle culture scientifique.

LES VECTEURS DU SUCCÈS EN S : Rigueur, méthode, esprit d ‘analyse et de synthèse sont à l’honneur. Mais aussi capacité d’abstraction – à leur paroxysme en maths – et sens aigu de l’observation en physique-chimie ainsi qu’en sciences de la vie et de la terre. Mais les élèves doivent également faire preuve d’une grande rigueur dans la restitution écrite des raisonnements scientifiques : “Le langage scientifique est un piège. On ne peut pas remplacer un mot par un autre”.

ET APRÈS LE BAC ? Les bacheliers scientifiques poursuivent des études longues : près d’un tiers intègre une classe préparatoire aux grandes écoles, deux tiers s’engagent dans les études universitaires en sciences fondamentales ou appliquées, mais aussi en médecine, pharmacie, études dentaires… Des itinéraires qui débouchent, dans l’industrie, sur des fonctions en recherche-développement, à la production, à la commercialisation… Autres secteurs d’accueil : la recherche fondamentale, l’enseignement, la santé, l’agriculture, la gestion d’entreprise.

Le baccalauréat économique et social ES :

Ce bac est destiné à ceux qui souhaitent étudier et comprendre les mécanismes du monde contemporain : gros plan alors sur les sciences économiques et sociales et leurs supports mathématiques, ainsi que sur l’histoire-géographie. Pour autant, attention à ne pas négliger le français et les langues.

Le bac ES propose, au choix, trois profils : économie-sciences sociales, économie-maths appliquées, économie-langues :
– Les sciences économiques et sociales : analyse et réflexion. En 1ère, au menu de cette discipline, figurent la découverte de l’entreprise, les grandes notions comme la production, le travail, la consommation … En terminale, cap sur les phénomènes de croissance, de développement, de progrès… Dissertations obligent, la réflexion est de mise. D’autant qu’à l’épreuve du bac, les élèves devront faire référence à leurs connaissances, mais aussi savoir utiliser et analyser des textes, des documents statistiques, des graphiques”.
– Les maths appliquées : des maths à 100 % Les maths en ES sont de “vraies” maths qui demandent de développer des capacités d’abstraction. Côté programme, une enseignante explique : “en 1re, en option obligatoire, on fait encore de la géométrie. On l’abandonne en terminale pour étudier principalement des informations chiffrées : pourcentages, suites, moyennes, statistiques, probabilités…”. A traiter avec clarté. Car : “derrière chaque mot, il y a un code. On n’exprime bien un raisonnement qu’à travers des phrases précises”.

ET L’APRÈS BAC ? La majorité des bacheliers ES vont à l’université, principalement dans les filières économie-gestion, administration économique et sociale, droit, mais aussi en sciences humaines et sociales. Des études supérieures longues qui débouchent sur les carrières de la gestion, de la comptabilité, du commerce, des professions juridiques, l’enseignement, les concours de la fonction publique. Autres poursuites d’études : les classes prépas économiques et commerciales pour intégrer une école de commerce. Science-Po, voire pour certains B.T.S. ou D.U.T.

X